Quel avenir pour les stations de ski du massif des Vosges ?

350

Est-ce que dans 30 ans on pourra encore skier dans les Vosges, c’est une question que l’on peut se poser lorsque l’on voit le pauvre enneigement actuel. Des stations de ski vosgiennes qui ne peuvent ouvrir par manque de neige, par manque de froid, et c’est tout une économie mise à mal.

Qu’adviendra t-il de ces stations de ski vosgiennes, vont-elles développer d’autres activités, sont-elles menacées à court-terme, c’est ce que nous allons voir dans cet article.

Est-ce que la neige va disparaitre dans les Vosges ?

L’or blanc dans les Vosges fait vivre de nombreuses entreprises, des emplois directs et indirects, c’est pourquoi on peut s’inquiéter du faible enneigement constaté cette année. Néanmoins, depuis 30 ans, ce n’est pas le premier hiver avec peu de neige dans les Hautes-Vosges. En revanche, en 2018-2019, l’enneigement était plutôt dans la moyenne haute de ce tableau, il est donc bien difficile de dire si la neige va disparaitre dans les Vosges.

enneigement Markstein 1988 à 2020
Relevés enneigement au Markstein dans les Vosges à 1187 mètres d’altitude, explications à voir sur l’article de Météo des Vallées.

Le réchauffement climatique on en parle, mais est-ce vraiment lui qui est la cause du manque de neige dans les Vosges ? Ces derniers hivers, on peut effectivement constater qu’il y a souvent des inversions thermiques (l’anticyclone plaque l’air froid au sol, alors qu’en altitude l’air est plus doux). Ces inversions empêchent bien sûr de faire fonctionner les enneigeurs dans les stations de ski. D’autre part, les perturbations qui touchent le massif sont souvent influencées par un vent venant de l’ouest ou du sud et l’isotherme zéro est relevé au-delà de 1500-2000 mètres, donc c’est de la pluie qui tombe. Les perturbations venant du nord ou du nord-ouest se font rares, les retours d’est idem.

Le réchauffement climatique n’est donc pas forcément le seul coupable de l’absence de neige dans le Massif des Vosges. Les climatologues nous indiquent que le positionnement de l’anticyclone a également une part de responsabilité. Sur Infoclimat, les membres surnomme cet anticyclone Patator. Lorsqu’il est là, c’est un temps ensoleillé qui dure des semaines et qui donc ne permet pas aux perturbations de passer.

Le vortex polaire ne parvient pas à se décrocher non plus et les coulées d’air froid sont de moins en moins fréquentes ces dernières années (le fameux Moscou-Paris). Il y a certes des épisodes à vague de froid dans les Vosges, mais la plus intense date tout de même de février 2012. 2018 enregistre un bon froid, mais sur une période plus courte que 2012.

lac gelé à Gerardmer
Reverrons-nous le lac de Gérardmer entièrement gelé comme en 2012 ?

Est-ce que la neige va totalement disparaitre dans les Vosges est donc une question qui suscite grandement l’intérêt des professionnels de l’or blanc. Si l’on se réfère aux données enregistrées ces dernières années on peut constater que le nombre de jour avec neige au sol et les températures négatives diminuent hiver après hiver dans les Hautes-Vosges. Cela ne signifie en rien que nous n’aurons plus la possibilité de faire du ski dans le massif vosgien, en revanche il sera plus difficile d’avoir un enneigement continu de décembre à mars. Les redoux sont violents, ce qui se traduit en général par des lessivages total en dessous des altitudes inférieures à 1100 mètres.

Voila ce que disait Bruno Vermot-Desroches de Météo France dans un article paru sur le site 20 Minutes :

« Il y a toujours eu des hivers sans neige et d’autres avec beaucoup de neige. Mais en 30 ans, la durée moyenne d’enneigement a diminué de 10 jours à 900 mètres. »

Combien restera t-il de stations de ski vosgiennes ouvertes en 2050 ? Les domaines skiables de La Bresse Hohneck, La Mauselaine, Le Lac Blanc, le Markstein ou La Schlucht doivent-elles s’inquiéter de la disparition totale de la neige d’ici 30 ans ?

Les stations de ski vosgiennes doivent s’adapter dès maintenant

Les domaines skiables des Vosges vont devoir changer leur modèle économique s’ils souhaitent conserver des emplois et ne pas fermer boutique ! Notez que dans les Vosges plus de 3000 personnes travaillent en stations de ski, c’est donc un nombre d’emploi non négligeables et bien plus encore avec les emplois indirects du tourisme du ski à commencer par les hébergements et la restauration.

station de ski de Gérardmer
Triste spectacle à La Mauselaine pour un 31 janvier.

Comment les stations de ski vosgiennes se diversifient-elles ?

On voit de nouvelles activités naitre en toutes saisons. C’est peut-être cela la recette pour pérenniser une station de ski dans les Vosges, proposer des activités du 1er janvier au 31 décembre.

Voici quelques activités proposées dans certaines stations vosgiennes :

  • Luge d’été : Markstein, Grand Ballon, Lac Blanc, La Bresse Hohneck, La Schlucht.
  • Bike Park : Lac Blanc, La Bresse Hohneck, Markstein.
  • D’autres activités sportives sont déjà proposées dans toutes les stations comme par exemple le tir à l’arc, le mini-golf ou encore le parapente.

On a vécu une situation où la neige était absente dans les Vosges dans la station de ski de Gérardmer. Lors des vacances de Noël 2019-2020 La Mauselaine a dû faire sans neige. Elle a néanmoins su proposer des alternatives au ski, elle a mis en route son grand télésiège pour emmener les vacanciers sur les hauts afin de pratiquer le VTT ou la randonnée pédestre. En bas de la station de ski de Gérardmer, nombreuses activités étaient proposées pour tous, petits et grands.

Il est donc possible de ne pas être dans l’obligation de fermer les stations de ski vosgiennes par manque de neige. Par contre, toutes les stations n’auront pas les moyens d’évoluer ou de s’adapter à cette nouvelle donne.

La Bresse Hohneck La Belle Montagne
La plus grande station de ski des Vosges dispose d’un très puissant parc d’enneigeurs. Ce qui lui permet d’ouvrir plus de pistes que les autres domaines skiables vosgiens.

L’avenir des stations de ski vosgiennes risque de faire grand débat lorsque les comptes de cet hiver tomberont. Rappelons-le, moins de 5% des pistes de ski étaient ouvertes pour les vacances de Noël. Si le général hiver ne se pointe pas et ne reste pas en février, alors la situation sera considérée comme dramatique. Dramatique, car les magasins de location de ski à Gérardmer, La Bresse ou partout dans les Vosges, comme les hôtels, restaurants, location de vacances, y laisseront des plumes. Les plumes, ont préférerait les voire tomber sur les domaines skiables…

Soyons optimistes, des hivers avec beaucoup de neige dans les Vosges il y en aura peut-être dans les années à venir.